ruenfi ruen rufi enfi rus eng fin swe fra esp deu o TrumPutin

Kuva\1-20180822-Niinisto-Putin.jpgKuva\4-20180822-Niinisto-Putin.jpg

Conférence de presse conjointe avec le président finlandais Sauli Niinistö

1 Conférence de presse conjointe avec le président finlandais Sauli Niinistö
2 Au terme des pourparlers russo-finlandais, Vladimir Poutine et Sauli Niinisto ont donné une conférence de presse conjointe.
3 22 août 2018 16:50 Sotchi
4 Vladimir Poutine: Monsieur le Président, Mesdames et messieurs!
5 Nous venons de conclure nos entretiens avec le président de la Finlande. Ils ont passé dans une atmosphère constructive.
6 Plus récemment, à la mi-juillet, nous avons rencontré M. Niinistö à Helsinki et avons poursuivi aujourd’hui la discussion de questions d’actualité concernant l’ordre du jour bilatéral et international.
7 Les relations russo-finlandaises ont toujours été de bon voisinage et mutuellement bénéfiques. Tout d'abord, il concerne les relations commerciales et économiques. À la fin de 2017, le commerce bilatéral a augmenté de 37% et atteint près de 12,5 milliards de dollars. Au premier semestre de cette année, il a augmenté de 27%.
8 Les contacts commerciaux avec les partenaires russes sont soutenus par plus de 7 000 entreprises finlandaises. Le montant total des investissements directs accumulés en Finlande dans l'économie russe est de 4,4 milliards de dollars. Si l'on tient compte des filiales finlandaises des pays tiers, ce sera déjà 14 milliards. Les entreprises russes ont investi 3,4 milliards de dollars dans l'économie finlandaise.
9 Nous avons discuté de divers domaines de notre coopération dans le domaine de l'économie. Nous avons parlé de questions qui intéressent les citoyens finlandais et russes, et ils sont vraiment intéressés, au sens le plus direct du terme, car ils touchent tous nos citoyens, faisant référence à des mesures environnementales et à nos actions conjointes pour protéger l'environnement.
10 Permettez-moi de vous rappeler que la partie finlandaise participe au programme de réhabilitation de la décharge de déchets dangereux "Krasny Bor", près de Saint-Pétersbourg. Nous continuerons à développer notre coopération avec la Finlande dans le domaine de l'environnement. Les échanges touristiques se développent également. En 2017, la croissance était de 15%.
11 Discussion sur des questions internationales. J'ai encore une fois remercié mon collègue finlandais d'avoir organisé le sommet russo-américain à Helsinki. La coopération visant à renforcer la stabilité et la sécurité dans le nord de l'Europe a suscité un intérêt mutuel. La Russie soutient la proposition du président de la Finlande d’améliorer la sécurité des vols au-dessus de la Baltique.
12 Nous avons abordé le règlement en Syrie, dans le sud-est de l'Ukraine, mais nous aurons toujours l'occasion de discuter avec le président de ces questions plus en détail.
13 A discuté avec le collègue et les problèmes de l'Arctique, en tenant compte notamment de la présidence finlandaise actuelle au Conseil de l'Arctique. En général, les négociations avec le président de la Finlande ont été très instructives. Ils contribueront sans aucun doute au développement des relations bilatérales.
14 Je tiens à remercier M. le Président d'avoir accepté notre invitation et d'arriver à Sotchi aujourd'hui.
15 S.Ninisto (tel que traduit): Cher Monsieur le Président! Chers représentants des médias!
16 C'était très agréable de vous rencontrer aujourd'hui. Et je joins vos mots pour dire que nous avons eu une conversation très claire, claire, constructive et productive.
17 Premièrement, je dois dire à propos de l'économie. Ici, nous avons un développement positif et nous espérons que le même développement se poursuivra.
18 Je le dis en dépit du fait que, comme on peut en dire un mot, il y a un déficit commercial non favorable à la Finlande, en faveur de la Russie. Je le dis parce que maintenant, il est devenu à la mode d'en parler aux contacts internationaux.
19 La Finlande est très satisfaite du fonctionnement de la coopération à notre frontière commune. Cela fonctionne bien et est normal, malgré le fait que l'intensité du trafic augmente à l'heure actuelle. Je m'excuse du fait que certains ont dû subir des retards dans leurs déplacements à travers la frontière.
20 Nous avons parlé de questions environnementales dans de nombreuses dimensions. Premièrement, il a été dit que pendant la présidence finlandaise du Conseil de l'Arctique, les questions environnementales sont également au premier plan.
21 Nous avons souligné certaines questions spécifiques sur lesquelles nous travaillons et certaines petites mesures ont déjà été prises dans la bonne direction. Cela vaut également pour le noir de carbone, la lutte contre le noir de carbone, la suie, l'utilisation du gaz naturel liquéfié dans le transport maritime. Et je veux remercier la Russie pour son soutien dans ces domaines. Pour autant que je sache, nous sommes tous deux prêts à participer au Sommet de l'Arctique, le cas échéant.
22 Je voudrais dire quelques mots sur la "dimension septentrionale" - un programme conjoint de l'Union européenne et de la Fédération de Russie, grâce auquel il est devenu possible de construire une station d'épuration à Saint-Pétersbourg. En Finlande, nous aimerions que la dimension septentrionale continue à vivre et à vivre dans le futur, et nous espérons que dans le domaine de la gestion des déchets, nous pourrions trouver de nouvelles entreprises communes dans le cadre du projet.
23 J'ai également appris que le principe de la restauration des forêts est actuellement appliqué en Russie à peu près de la même manière que ce principe est en vigueur depuis de nombreuses années en Finlande. Je suis certain que pour nous aussi, il existe des possibilités d’interaction. Et quand on parle de forêts, on devrait probablement mentionner les feux de forêt. Ils ont peut-être été une surprise pour nous en raison des conditions météorologiques exceptionnelles en Finlande et en Russie et en Suède cet été, et nous devrions aborder ce problème plus activement.
24 Et je suis également ravi qu'après cette conférence de presse, nous aurons l'occasion, avec le président Poutine, de continuer à discuter des questions à l'ordre du jour international. Il est toujours très intéressant d’écouter l’opinion et les opinions de M. le Président sur ce point.
25 Merci pour la conversation. Il est possible, peut-être, de caractériser notre conversation ici solaire.
26 Question (telle que traduite): Quelque part à la fin du mois de juillet, le ministre russe de la Défense, M. Shoigu, a déclaré que la coopération actuelle de la Finlande avec l'organisation de l'OTAN oblige la Russie à prendre des contre-mesures. Comment commenteriez-vous cette déclaration? Une question pour les deux présidents.
27 Vladimir Poutine: Les commentaires sont très simples. Nous ne repoussons pas nos contingents militaires de nos frontières vers les pays de l'OTAN. Et l'infrastructure militaire de l'OTAN se dirige vers nos frontières. Le nombre de personnes et d'équipements à proximité de nos frontières augmente. De plus en plus d’exercices sont en cours, et maintenant un très grand exercice de l’OTAN est prévu ici, dans le voisinage immédiat de nous, y compris dans la région de la Baltique. Bien sûr, nous devons regarder ce qui se passe là-bas, renforcer notre infrastructure. Nous devons réagir au fait que des éléments du système de défense antimissile américain apparaissent dans notre voisinage immédiat près de nos frontières.
28 J'aimerais attirer votre attention sur le fait qu'il ne s'agit pas uniquement de systèmes anti-missiles. Ce sont des systèmes qui peuvent être utilisés pour des lancements de missiles à moyenne portée. Mais, comme je l’ai dit, nous nous félicitons de la proposition du Président de la Finlande visant à réduire toute tension, y compris les vols d’aviation de combat.
29 L’Organisation de l’aviation civile internationale a mis au point certaines règles, mais cela ne s’applique pas à l’aviation militaire, ce qui est de nature à recommander. Nous sommes prêts à en discuter avec nos partenaires de l’OTAN, mais ils le refusent. Nous pensons qu’il s’agit d’une position peu constructive, nous espérons qu’elle sera modifiée.
30 Merci
31 S. Sininisto: Il me semble qu'il y a environ six ans, lorsque j'ai constaté auprès de M. Poutine que la Finlande, comme toute nation qui se respecte, se dotait d'un maximum de possibilités de légitime défense. Je n'ai pas entendu un seul mot critique sur la Finlande au cours de ce voyage. Mais le président Poutine, par exemple, a parlé de missiles d’un certain type. Mais il n'y a pas de missiles en Finlande du tout, ça n'existe pas. Il me semble très important que nous travaillions tous pour améliorer la compréhension mutuelle dans le monde. Et donc je viens à ma visite actuelle.
32 Question: Monsieur Niinistö, ma question s'adresse principalement à vous.
33 L’année dernière, lors du forum "L’Arctique - le territoire du dialogue", une initiative a été prise pour organiser le Sommet de l’Arctique, mais il a ensuite été dit qu’il fallait pour cela remplir un programme spécifique. Maintenant, vous êtes déjà un peu touché sur ce sujet, en parlant des questions environnementales. Mais quels sujets, à votre avis, était-il nécessaire de relever lors de cet événement?
34 Et Vladimir Vladimirovitch, la question à vous. En ouvrant la réunion avec votre homologue, vous avez déjà exprimé votre attitude à l’égard du Sommet de l’Arctique. Mais, selon vous, quels sont les problèmes à résoudre lors de cette réunion?
35 Et si vous me permettez de revenir il y a quelques jours, à votre visite en Autriche. Des collègues à Berlin ont déjà essayé de vous poser cette question, mais malheureusement, il n'y avait aucun moyen d'y répondre. C'était toujours une visite exclusivement privée ou avez-vous réussi à organiser des réunions de fond avec vos collègues?
36 Merci
37 S. Niinistö: Donc trois questions en une, non?
38 Oui, en effet, j'ai parlé de cette manière il y a environ un an et j'ai ensuite discuté à plusieurs reprises de cette question avec le président Poutine. Je suis très heureux que la Russie soit prête à envisager une participation et est favorable à cette idée.
39 Que pourrait-on envisager lors d'un tel sommet? J'ai déjà dit que si la glace arctique fondait, si nous perdions l'Arctique, nous perdrions le monde entier.
40 Peut-être que la première étape et la plus facile serait de lutter contre le carbone noir, la suie. Et maintenant, certaines mesures sont déjà prises, par exemple, des mesures sont prises dans la péninsule de Kola pour remplacer les combustibles plus nocifs pour l’écologie par des combustibles moins nocifs lors de l’utilisation de centrales thermiques.
41 La deuxième mesure est la transition de la navigation dans l’Arctique vers l’utilisation du gaz naturel liquéfié comme combustible au lieu du mazout et d’autres plus lourds.
42 Il peut sembler que ce sont de très petites étapes. Mais si nous ne prenons pas de si petites mesures, nous ne ferons probablement rien.
43 Je vois également une occasion de discuter d'un problème aussi vaste et grave - le rapport entre l'exploitation économique de la région arctique et la protection et la préservation de l'écologie, et comment trouver le juste équilibre.
44 Vladimir Poutine: Tout d'abord, je me joins à ce que vient de dire mon collègue. Peut-être que j'essaierai quelques détails supplémentaires.
45 Nous devons parler des règles de l'activité économique, y compris lors de la mise en œuvre de grands projets - ceci est inconditionnel. Nous devons discuter des questions liées à la sécurité de la navigation sous ces latitudes, en organisant des opérations de sauvetage, y compris en cas de circonstances environnementales défavorables.
46 ​​Il serait très utile de discuter des possibilités de travail en commun sur la conservation de la faune et de la faune, en gardant à l’esprit que de nombreux animaux de l’Arctique sont dans une situation difficile. Par exemple, en raison de la fonte des glaces, les ours polaires sont déjà en danger.
47 Enfin, les scientifiques de tous les pays de la région arctique pourraient unir leurs efforts et, au niveau des États, ils devraient certainement être aidés à organiser divers types de recherches, tant dans le domaine des changements climatiques que dans la région, comme je l’ai dit. la faune de la nature au sens le plus large du terme.
48 En ce qui concerne la deuxième partie de votre question, un voyage en Autriche, ce voyage était de nature purement privée. Je tiens à remercier encore une fois mes amis autrichiens pour leur invitation. Je dois dire que ce sont tous des adultes qui occupent déjà une position sérieuse dans la société, dans l’État, mais en même temps, les gens sont très ouverts et joyeux. Et je souhaite de tout cœur les féliciter une nouvelle fois pour l’événement auquel j’ai eu la chance de participer à la cérémonie de mariage elle-même. De plus, le nouveau mari n’est pas étranger à moi, c’est un ancien sportif, un judoka, et cela s’unit toujours.
49 Mais, malgré ces vacances, nous pourrions, bien sûr, parler brièvement avec le ministre des Affaires étrangères et avec le chancelier de la République d’Autriche, parler d’affaires, bien sûr. Et je voudrais souligner que la République autrichienne dans son ensemble joue un rôle très positif, cherchant non seulement à développer des relations bilatérales, mais aussi un rôle positif dans la construction d’un dialogue entre la Russie et l’Union européenne dans son ensemble.
50 Bientôt, la Finlande mènera l'Union européenne au second semestre 2019, à mon avis. Nous espérons sincèrement que, pendant la présidence finlandaise, nous pourrons également faire quelque chose de positif afin de rétablir l’état normal des relations entre la Russie et l’UE.
51 Merci
52 Question (telle que traduite): Quelle est votre évaluation des résultats de la réunion avec le président des États-Unis d’Amérique à Helsinki? Cinq semaines se sont écoulées depuis le jour où cette réunion a eu lieu. Aujourd'hui, de nouvelles sanctions américaines contre la Russie entrent en vigueur. Les États-Unis sont également menacés par le fait qu'ils peuvent toujours imposer des sanctions liées au gazoduc Nord Stream-2. Quelle est votre évaluation?
53 V.Putin: "Nord Stream-2" est nécessaire en Europe. C'est un projet dont l'Europe a besoin.
54 Monsieur le président, à propos de la nécessité de passer à un carburant plus respectueux de l’environnement dans l’Arctique, c’est absolument la bonne proposition. Mais ce n'est pas la seule sphère d'application du carburant bleu. L'essentiel est que les volumes de consommation, y compris en Europe, augmentent. Gazprom, par exemple, a augmenté son offre à l’Union européenne de près de 13% l’an dernier. Et les ressources propres dans les pays européens - et en Norvège et dans d'autres pays, au Royaume-Uni - sont épuisées. C'est ce qu'on appelle un fait médical, établi par des experts. Je ne peux pas en douter, alors ça l'est.
55 Dans ce secteur, il existe certaines règles: le volume des fournitures et l’ampleur du parcours. À une échelle où la Russie livre du gaz en Europe, et à une telle distance entre les sources de ce gaz, entre les points de production et les points de livraison, la Russie est le fournisseur le plus optimal pour l'économie européenne. Nous sommes prêts à rivaliser avec tout le monde. Nous espérons une concurrence loyale dans le cadre des normes juridiques internationales existantes.
56 En ce qui concerne notre rencontre avec le président Trump, je l'apprécie de manière positive et je pense que cela a été utile. Personne ne s'attendait à ce que, dans une conversation de deux heures, nous puissions résoudre tous les problèmes encore controversés. Le président Trump a exprimé sa position sur ces questions, je suis le mien, mais un échange de vues, une conversation directe est toujours très utile.
57 En ce qui concerne les sanctions, ces actions sont contre-productives et dénuées de sens, en particulier en ce qui concerne un pays comme la Russie. Et ce n'est pas seulement la position du président des États-Unis, mais la position de la soi-disant institution - la classe dirigeante au sens le plus large du terme. J'espère que nos partenaires américains réaliseront un jour que cette politique n'a aucune perspective et que nous commencerons à coopérer dans un régime normal.
58 Nous tenons à remercier Helsinki d'avoir organisé cette réunion.
59 Question: Ma question au président de la Finlande.
60 Si cela ne vous dérange pas, revenons au sujet qui a déjà retenti aujourd'hui. Ceci est votre initiative pour assurer la sécurité des vols au-dessus de la Baltique. Il est question d'avions militaires volant dans cette région avec des transpondeurs.
61 La Russie a répété à maintes reprises, et aujourd'hui le président Poutine l'a dit plus d'une fois: la Russie accepte votre proposition, mais le problème réside dans la position de l'OTAN, l'alliance de l'Atlantique Nord n'est pas prête à suivre ces recommandations. Et compte tenu de cela, compte tenu de la position de l'OTAN, pouvez-vous dire que votre initiative a en fait échoué, qu'elle peut être franchie?
62 Merci.
63 S.Nininisto: Je ne vois pas cette question dans un état aussi sombre que vous avez décrit.
64 À quel stade, à quelle phase sommes-nous maintenant? C'est à cela que les parties ont renvoyé l'examen de cette question au cadre de l'OACI, cette organisation, précisément au rang de l'organisation de l'aviation civile. Dans ce travail, des progrès ont été accomplis. De bonnes pratiques ont été développées et peuvent être appliquées. On espère également que ces principes et ces mécanismes pourraient également s’appliquer à l’aviation militaire.
65 Le chef de l'état-major général de la Fédération de Russie, M. Gerasimov, et son collègue américain, M. Dunford, se sont rencontrés à Helsinki ce printemps et j'ai eu des entretiens avec eux deux. J'ai été surpris de voir à quel point l'interaction qu'ils mènent en Syrie est claire afin d'éviter toute collision ou incident. Et, bien entendu, les risques dans cette région sont beaucoup plus élevés et plus importants que dans la région de la mer Baltique. Je garde donc cet espoir que nous atteindrons des résultats dans la région de la mer Baltique et que la situation se stabilisera.
66 Vladimir Poutine: Je voudrais être d'accord avec le président de la Finlande. Je ne pense pas que l’idée de réduire le niveau de confrontation et de renforcer la sécurité dans la région de la mer Baltique soit morte. Bien sûr, non, au contraire, cela devient encore plus pertinent ces derniers temps.

Asko Korpela 20180824 (20110710) o Ajk homepage o WebMaster
Memoirs o Reading o Tajka o AmaBooks o Rowing o Knitting

PageTop